Embrasser l’absence

Toussaint… un moment privilégié pour vivre la Présence de l’absence ?

Pour ceux qui ont perdu un être cher, l’absence peut ressurgir comme un ras de marée… Acceptons ce tsunami émotionnel… il est à accueillir, sans lutter… se laisser emporter par les larmes, les sanglot liés à la perte.

Femme tenant un ballon en forme de coeur

Lorsque mon compagnon de vie est parti, je me suis retirée dans un silence profond où seules les larmes et les vagues de l’océan partageaient ma profonde tristesse… Le silence a été mon refuge, ma manière d’embrasser l’absence.

Même si je savais que c’était mieux pour lui, qu’il était parti en douceur et qu’il ne souffrait plus, un état de vide était là…

 

Rien ne peut combler le vide de la perte, mais dans le silence on peut trouver un espace pour se souvenir, honorer et aimer nos défunts dans le chuchotement des souvenirs.

Dans l’étreinte du silence j’ai découvert la connexion profonde entre l’amour, la perte et la sagesse que seul mon cœur pouvait offrir.

Dans le silence, je suis entrée dans la Présence de son absence… et là, sa vibration m’a envahie… une vibration aimante, protectrice, joyeuse même… mon cœur s’est apaisé … notre lien s’est transformé en une étreinte d’âmes… une fusion avec la Vie, l’Univers, … un état d’éternité, de Pure Conscience… d’unité délicieuse… une vibration à la fois douce et profonde qui me nourrit à chaque instant et ne me quitte plus.

Namasté !

 

Pour cette période de Toussaint, je vous propose de prendre du temps pour être en silence… entrer dans le silence et sa vibration… embrasser l’absence par le silence. Il contient de la beauté et une tendresse infinie et insoupçonnée… et si les larmes surgissent, permettez-leur de couler sur vos joues, librement, complètement. Energétiquement, les larmes sont libératrices et harmonisent le plan viscéral… elles lavent l’intérieur !!

Arrêtons de penser et de croire « qu’il ne faut pas pleurer…. qu’on pleure sur soi… que c’est égoïste, qu’on retient le défunt, qu’on est trop émotif… etc….

Pleurer fait de bien, c’est naturel, non mental, lié tout simplement au fait que notre âme est pure sensibilité !…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut